Google+ Badge

mercredi 28 novembre 2012

Que puis-je faire pour mon enfant intérieur ?









           Je dois commencer par en admettre l' existence, ensuite reconnaître qu'il souffre, même si je ne comprends pas toutes ses souffrances. j' ai mis longtemps à comprendre ce concept qui me parait évident aujourd'hui et je dois avouer que même la psychothérapie ne m' a pas apporté de solution . J' ai trouvé quelques éléments de réponse au travers de mes lectures et j' ai décidé , une fois le problème  clairement  défini de creuser un peu plus et de vous faire partager mes éléments de réponses. Chacun selon sa personnalité réagit différemment mais nous avons tous des des traits de caractère en commun . Nous avons tous un enfant en nous et si mon enfant intérieur est en souffrance, je dois me souvenir de ce que ressent un  enfant quand il est plongé dans la douleur. Je dois permettre à mon enfant intérieur de se mettre en colère contre moi. Il faut aussi que je sache que ma personnalité ne se limite pas à celle de mon enfant intérieur, et que je suis le seul à pouvoir m' occuper de cet enfant.

        A quoi reconnaîtrez vous votre enfant intérieur ? Il peut être utile pour vous y aider  que vous feuilletiez vos albums de famille, si vous en avez, et que vous y trouviez une photo de vous âgé de moins de cinq ans. Décollez-là, mettez là en évidence dans un endroit où vous aurez l' occasion de la voir souvent. Si possible, portez-la sur vous, et regardez la plusieurs fois par jour. Familiarisez-vous avec la physionomie de votre enfant intérieur.Il n' est pas facile de nier ou d' ignorer quelqu'un que l' on voit tous les jours.
Essayez de vous remémorer ce que vivait vraiment cet enfant. Replongez-vous dans les sentiments qu'il éprouvait pendant son enfance. Remémorez-vous le passé avec les yeux de l' enfant. Souvenez-vous que vous n' êtes plus cet enfant, et que vous ne risquez pas de vous retrouver prisonnier du passé comme l' est l' enfant intérieur. Avant de pouvoir faire quoi que ce soit pour cet enfant, il faut le connaitre le mieux possible.
La prochaine fois que vous réagirez de façon disproportionnée à un évènement quelconque ou que vous vous sentirez impuissant ou dépassé dans une situation donnée, ce sera le signal : l' enfant intérieur essaie de rentrer en communication. Il tente d' attirer votre attention en se servant d' émotions violentes. Ne vous mettez pas en colère contre vous-même (c' est-à-dire contre votre enfant intérieur) quand vous éprouvez ces émotions incontrôlables  Votre colère ne peut qu'ajouter aux souffrances de l' enfant intérieur, et c' est précisément à la souffrance qu'il réagit le plus fort.

     Reconnaissez alors que votre enfant intérieur souffre, même si vous ne comprenez pas toutes ses souffrances.Votre enfant intérieur est furieux, triste, effrayé ou tout cela à la fois , et beaucoup de ses sentiments sont dirigés contre vous. L' enfant sait que vous êtes la seule personne qui puisse l' aider, il est triste et furieux que vous persistiez à l' ignorer. Il est terrifié à l' idée que vous ne viendra pas à son secours, que vous ne l' aimerez jamais de la façon dont il en ressent le besoin. Souvenez vous du fait que votre enfant intérieur n' est qu'un petit enfant dépourvu d' expériences, de compétences et ressources que vous avez acquises, et ce petit enfant porte des souffrances bien trop lourdes pour son age.
Prenez vos distances vis à vis de votre enfant intérieur. C' est vous l' adulte, le papa ou la maman et vous avez tout ce qu'il faut pour "materner" l' enfant. N' ayez pas peur de lui. Rappelez-vous : il n' a de pouvoir sur vous que dans la mesure où vous l' ignorez, où vous niez son existence. Or, il n' en demande pas plus que les autres enfants : il a besoin d' amour, de protection et de sécurité. Vous et vous seul pouvez lui fournir ce dont il a besoin. Si cela vous pose un problème, c' est peut-être le moment de demander de l' aide ...
N' hésitez pas à me poser vos questions !
Vous pouvez commencer à apprendre par l' observation; si vous avez des enfants et que vous les élevez de façon plus ou moins correcte ( personne n' est parfait ), observez la façon dont vous vous y prenez avec eux.
Si vous n' avez pas d' enfant, regardez faire ceux qui en ont. Que font-ils quand un enfant se fait mal? Quand il a besoin d' être rassuré ? Quand il fait un caprice ? Que disent-ils pour calmer l' enfant ? Comment lui expriment-ils leur amour ?

   Commencez à parler à votre enfant. Dites lui par exemple: "Je suis là. Je t' écoute. Je sais que ça ne va pas. Je veux t' aider. Tu n' as pas à t' en faire, je m' occupe de toi. Je ne suis pas en colère contre toi, je comprends. Je t' aime."
Ne vous attendez pas à ce que l' enfant vous accorde sa confiance d' entrée de jeu, voilà bien longtemps qu'il attend : il va vous mettre à l' épreuve avant de s' abandonner. Cette mise à l' épreuve peut correspondre à une aggravation des symptômes qui vous déplaisent. Peut-être, vos émotions vont-elles vous trahir plus souvent que naguère; peut- être croirez vous que votre enfant intérieur n' existe pas car il est complètement prostré, passif et recroquevillé sur lui-même. Continuez à lui prodiguer douceur et attention, il commencera à vous prêter l' oreille. Soyez disposé à vous comporter comme le papa ou la maman "modèle" qu'il a toujours désiré mais jamais obtenu. Même si vous avez eu des parents modèles qui vous ont comblé d' attention et d' amour sans faillir, peut-être que votre enfant intérieur trouve t-il encore  quelque chose à redire à votre comportement.
Mais vous avez un avantage sur vos vrais parents du fait que votre enfant intérieur fait partie de vous, vous saurez exactement quels sont ses besoins, quand ou comment les satisfaire. Vous êtes le papa (ou la maman)
idéal pour votre enfant intérieur  et celui-ci est le seul pou qui vous puissiez être le parent idéal. La perfection n' existe pas dans les relations humaines, mais vos relations avec votre enfant intérieur peuvent approcher la perfection.

Et bien, je vais faire une petite pause avant de continuer ... Je vous conseille d' en faire une également pour "digérer" toutes ces informations ( sourire ...).



   

2 commentaires:

  1. Et quand cet enfant a été meurtri par ses parents jusqu'à la plus douloureuse crise de nerfs qu'on puisse imaginer ? Quand il a été humilié par son père ? Poussé à bout par sa mère ? Comment contenter un tel enfant quand il fait surgir des symptômes à la limite du handicap mental qui empoisonnent la vie et empêchent de construire quoi que ce soit professionnellement et sentimentalement ? Alors c'est un peu facile de dire "lui donner de l'amour". Mais le mien , quand j'essaie de le contacter, c'est comme si je réveillais un volcan. Et quiconque se trouve à côté reçoit l'irruption à la figure. Alors les théories sur l'enfant intérieur elles sont rien pour les gens qui n'ont pas été martyrises par leurs parents toute leur enfance, mais pour les autres comment fait-on ? On laisse exploser cet enfant compressé en nous par des parents tyranniques et on laisse exploser toute sa vie sociale ? On se retrouve sans emploi ? Sans rien parce qu'on a ouvert le boîte de Pandore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va voir mon article sur ce blog :http://trouvezvotrebonheur.blogspot.fr/2013/04/vous-avez-ete-maltraite-pendant-votre.html
      je rappelle les étapes de reconstruction de vous-même:
      -Vous n' êtes pas responsable des violences que tu as subies
      -Vous en êtes à l' étape de la colère. Il est naturel d' être en colère mais vous devez utiliser cette colère de maniéré constructive. Cette colere ne doit pas s' exprimer dans des comportements violents, ce qui vous renverrait à un cercle vicieux destructeur
      - La derniere étape consiste à vous libérer. Si vous continuez à vous comporter de manière destructrice, reconnaissez que c' est votre choix et non la conséquence d' une triste éducation. Votre enfant intérieur est maintenant une victime. Cet enfant mérite à présent d' être aimé par vous-même. Vous tees le seul qui puissiez lui donner ce dont le passé l' a privé .
      Bon courage. Vous pouvez me laisser un autre commentaire si vous en éprouvez le besoin.

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!