Google+ Badge

jeudi 22 novembre 2012

Pourquoi ne puis je garder mes défenses ?








  Nous avons tous des défenses psychologiques. Elles servent à nous protéger de ce que nous ne pouvons pas assumer. De même que le corps perd conscience lorsqu'il souffre d' un traumatisme (afin de se protéger d'une souffrance excessive) , de même nous élevons des défenses pour nous protéger des souffrances morales accablantes.
La comparaison va plus loin : La perte de conscience ne protège le corps que momentanément; au delà d' un certain délai  le coma devient dangereux  voire mortel; de même l' abus de défenses devient tôt ou tard affectivement létal. Le recours aux défenses crée à la longue une dépendance qui, comme toutes les drogues, nous empêche de rester en contact avec la réalité.


 Que sont les défenses ? Les plus courantes sont la négation du réel, la répression des sentiments, le rejet de responsabilité sur des facteurs extérieurs et l' intellectualisation. Elles nous permettent d' expliquer des comportements que  nous refusons de remettre en cause. Elles nous aident à sauver la face, vis à vis de nous-meme comme vis-à-vis des autres, quand nous sommes incapables de voir ou d' accepter les choses telles qu' elles sont. Elles tendent à masquer la vie et à nous fournir des excuses pour nous montrer désagréables dans nos pensées, nos sentiments ou nos comportements.
Nous faisons appel à nos défenses quand nous refusons de remédier à nos imperfections ou à celles des gens que nous aimons. Elles nous servent à nier que la vie est pénible, que la mort existe, que nous possédons tous un mauvais coté qui nous déplaît. Nous avons recours à nos défenses quand nous sommes acculés à reconnaître que nous ne sommes pas parfaits, que la vie est injuste, que nous nous sentons faibles et sans ressource. Plus nous faisons appel à elles plus nous avons besoin d' elles . Les défenses sont une drogue : elles ne tardent pas à prendre le contrôle de notre personnalité et nous nous apercevons bientôt que nous ne pouvons nous passer d' elles. Elles deviennent une habitude inconsciente.

Quelle est l' antidote contre les défenses ? Comment cesser de les utiliser, alors que nous ne sommes pas toujours conscients de nous en servir ?

- D' abord, prenons nos responsabilités : Acceptons le fait que nous sommes humains et que nous ne saurions être parfaits; il nous arrive de commettre des erreurs, nous avons de mauvais cotés, des ombres qui nous hantent. Nous faisons parfois des choses mal, des choses bêtes et des choses qui font mal. Nous en sommes tous là. Une des grandes ironies de la vie, c' est que, les gens qui nous connaissent le mieux sont conscients de nos limites et percent à jour nos défenses. Une autre ironie, c' est que, une fois que nous reconnaissons l' existence secrète de notre mauvais coté, celui-ci perd la plus grande partie de son empire sur nous.
Se prendre en charge, c' est une façon de reconnaître qu'il nous arrive de commettre des fautes.

- Comme nos défenses fonctionnent pour nous éviter les souffrances de la réalité, la deuxième façon  de se passer d'elles  consiste à accepter la souffrance : Il est inutile de nier, de réprimer ou de justifier abusivement
 quelque chose que l' on admet et que l' on accepte. L' acceptation fournit la force nécessaire pour surmonter la souffrance. Il faut beaucoup moins d' énergie pour reconnaître que l' on souffre que pour nier celle-ci ou intellectualiser ce que nous ressentons. Ce n' est pas de la faiblesse que de ressentir la souffrance : c' est humain.

Une fois que vous vous assumez et reconnaissez que vous ressentez de la douleur, vous vous libérez des exigences imposées par vos défenses. Les mécanismes de défense ne fonctionnent bien dans la mesure où
n' en sommes pas pleinement conscients. Pour qui s' assume et assume ses comportements, point n' est besoin de défenses. En reconnaissant ses faiblesses et en acceptant le caractère faillible de la nature humaine, on se donne la possibilité de renoncer à ses défenses. On cesse d' en  avoir besoin pour se protéger.On devient assez fort pour assumer sa souffrance.

  Devenir conscient de ce que l' on fait et de la façon dont on édifie des défenses, cela fait partie de l' estime de soi. Et l' estime de soi, c' est se défaire de tout ce qui entrave notre connaissances de nous-mêmes, par exemple nos défenses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!